Aujourd’hui, j’ai trois idées d’articles. J’ai le choix entre râler, râler et positiver. En ce beau dimanche ensoleillé, je choisis la bonne humeur [je râlerai en semaine]. Je m’en vais lister ces quelques petites choses qui ont récemment stimulé ma bonne humeur. J’ai fait des catégories [hashtag : #organisation]. Je commence par cette citation de John Lennon pour introduire la première catégorie. Il me semble que c’est la deuxième édition de recettes du bonheur [je ne sais pas, je suppute].

Quand j'étais petit, ma mère m'a dit que le bonheur était la clé de la vie. A l'école, quand on m'a demandé d'écrire ce que je voulais être plus tard, j'ai répondu "heureux". Ils m'ont dit que je n'avais pas compris la question, je leur ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie. 

[John Lennon] 

Plait-il ? Pourquoi un oiseau ? Parce que Three Little Birds de Bob Marley [what else]. Ce n’est pas dans cet ouvrage que j’ai découvert la citation de John Lennon mais il n’en reste pas moins formidable : Miscellanées à l’usage des gens heureux (ou désirant le devenir). Ce livre est littéralement un concentré de bonheur qui me donne le sourire. Dedans, ‘300 histoires, recettes, expériences et citations’ autour du bonheur. J’aime les citations et la pensée positive et c’est pour cette raison que je réitère mon amour [encore et encore] pour le magazine Happinez qui rime avec paix, calme et sérénité. Je ne les trouve pas au Danemark alors je les commande sur internet [ici]. Ci-dessous deux hors séries pour nourrir et libérer le corps et l’esprit. A noter mon marque page chat qui vient de Corée du Sud [oui je sais, ça vous fait les pieds].

Encore une citation pour introduire, la deuxième catégorie : un bon moyen de gâcher son bonheur, c’est de faire des comparaisons [Hector et la recherche du Bonheur]. Les trois films qui vont suivre ne cassent pas trois pattes à un canard auprès de la critique de par leur simplicité mais sont, à mon humble avis, une invitation au voyage. Et puis ils m’ont donné la patate. Ils ne plairont qu’aux adeptes du genre, les autres les trouveront niais. De manière générale, je  me fous fais fi de la critique pour me faire ma propre opinion.

Hector et la recherche du Bonheur

Ce film raconte l’histoire d’un psychiatre, Hector, qui fait un voyage autour du monde pour découvrir ce qu’est le bonheur. Mon avis : il est simple, efficace et bourré de clichés [soyons honnête]. Cela dit, les choses les plus simples sont souvent les meilleures. Et c’est pour cette raison que je n’en dirai pas plus.

Les recettes du bonheur

Copié-collé Wikipédia : Hassan Kadam a un don inné pour la cuisine. Après avoir quitté leur Inde natale, Hassan et sa famille, sous la conduite du père, s’installent dans le Sud de la France, dans le paisible petit village de Saint-Antonin-Noble-Val. C’est l’endroit idéal pour vivre, et ils projettent bientôt d’y ouvrir un restaurant indien, la Maison Mumbai. Mais lorsque Madame Mallory, propriétaire hautaine et chef du célèbre restaurant étoilé au Guide Michelin, Le Saule Pleureur, entend parler du projet de la famille Kadam, c’est le début d’une guerre sans pitié. Mon avis : le film est également simple, efficace et bourré de clichés mais ça sent bon les épices, le poulet Tandoori, le beau gosse et le Happy Ending et ça c’est bon pour le moral.

The Way, la route ensemble 

Copié-collé Allociné : Tom Avery, médecin américain à l’existence confortable, se rend d’urgence en France où son fils Daniel vient de disparaître lors d’un accident en montagne. Il découvre sur place que ce fils qu’il n’a jamais compris avait entrepris le pèlerinage de Compostelle. Tom décide alors de prendre le camino. Sur sa route, il croise Jack l’irlandais, Sarah la canadienne ou encore le hollandais Joost, pèlerins aux caractères bien trempés. D’abord fuyant, Tom s’ouvre pas à pas, à mesure qu’il apprend enfin à marcher ensemble. Mon avis : ce film est de loin mon préféré. J’aime tout. Des personnages en passant par l’histoire jusqu’à la bande originale.  Le héros nous embarque sans insister sur son chemin en quête d’identité. Et puis il m’a fait rire et c’est bien connu, le rire c’est la santé.

La troisième catégorie est une activité que je connaissais déjà mais dont l’élément déclencheur a été un article que j’ai lu sur Hellocoton : Bonne idée du lundi, j’ai testé le geocaching ! Copié-collé Wikipédia : cela consiste à utiliser son GPS pour rechercher ou dissimuler un contenant (appelé cache ou géocache) dans divers endroits à travers le monde. Une géocache typique est constituée d’un petit contenant étanche et résistant comprenant un registre des visites et un ou plusieurs trésors. Nous [M. et moi] nous sommes très rapidement prises au jeu dans les rues de Copenhague. Nous étions en mode Mission Impossible, ce message s’auto détruira dans cinq secondes. L’avantage, c’est que 1) on redécouvre la ville 2) on se déconnecte le temps d’un après-midi 3) on fait du sport parce que mine de rien, on trotte. Le point négatif  qui n’en est pas vraiment un ? On a l’air suspicieux à fouiner derrière les gouttières et sous les bancs. Photos.

Le bonheur c’est simple comme une cache trouvée dans le creux d’un mur !

Le bonheur c’est simple comme de découvrir le contenu de la cache !

Le bonheur c’est simple comme une belle vue de Copenhague, ce jour là !

Le bonheur c’est simple comme ma nouvelle tasse  Chat de chez Tiger!

Le bonheur c’est simple comme un brunch au Café Norden [Copenhague] !

Le bonheur c’est simple comme un burger de chez MAD [Copenhague]!

Le bonheur c’est simple comme de souhaiter un joyeux anniversaire à mon papa!

ET VOUS QUELLE EST VOTRE DEFINITION DU BONHEUR?