Je fais le bilan [calmement, en s’remémorant chaque instant, parler des histoires d’avant comme si on avait cinquante ans #çac’estfait] de mon année 2014 [oui, déjà comme ça c’est fait]. 2014 fut une très bonne année dans son ensemble [fin de l’article, merci, bonsoir]. Blague à part, je resterais bien en 2014 année de l’apothéose [allez chercher des rimes qui riment avec 2015 mis à part toutes les variantes de quinze]. Je vous explique.

J’ai rencontré tous pleins de gens nouveaux. Ma vie sociale a fait un bon. Ce fut une année riche en tout [traduction : apéros, fiestas, fous rire, intrigues, soirées raclette, soirées tartiflette, soirée quiches, soirée sushis, soirées film, soirée filles, après-midi IKEA bref vous avez compris]. Arrivée au Danemark il y a deux ans, je me sens maintenant comme à la maison. J’ai tissé de vrais liens d’amitié avec ceux que je considère comme mes piliers de Copenhague : ceux que j’appellerais en cas de disette même au petit matin ou à la tombée de la nuit, ceux avec lesquels je discute toute la journée sur les réseaux sociaux au lieu de travailler, ceux avec lesquels je débriefe toutes les fins de soirée. Bref, on est bien à Copenhague.

giphy

J’ai beaucoup voyagé. Oui, bon, relativement beaucoup voyagé par rapport à 2013. N’exagérons rien, je suis d’accord avec vous alors que je n’ai encore rien écrit [je suis trop forte]. Bref, j’ai fait une croisière pour rallier Oslo depuis Copenhague [super expérience]. J’ai passé un weekend à Stockholm, une ville si jolie [même qu’ils ont un Picard alors qu’à Copenhague il n’y en a pas – le détail qui tue]. Enfin, j’ai connu les joies du camping sauvage [dans un endroit dont je ne me rappelle même plus le nom] et moins sauvage [dans un camping quatre étoiles]. Et, c’est tout. Mais c’est déjà pas mal. Et puis mes amis ont également beaucoup voyagé dans le sens inverse et sont venus me rendre une petite visite.

Et le top du top de la nouvelle de l’année 2014 – roulement de tambour et vuvuzela – j’ai obtenu mon contrat à long terme. Je ne vous l’ai pas encore dit ça ? [pourtant, je vous dis tout]. Eh bien, je vous le dis [façon Cyril Hanouna], je reste à Copenhague [danse de la joie]. Après deux ans et 1/2 d’instabilité, je peux enfin me projeter [genre] sachant que je ne me suis jamais projeté de ma vie [c’est chiant de se projeter aussi]. 2014 fut l’année de la stabilité. 2015 sera l’année des projections [ou pas]. Blague à part [je fais passer beaucoup de choses sérieuses sur le ton de la blague, vous avez remarqué aussi ?], j’aime mon travail, j’aime mes collègues, j’aime Copenhague, que demande le peuple ? Hashtag auto-congratulation.

Les points négatifs ? Ben, ils vous ont été rapportés dans tous les articles coup de gueule précédents soient 95% des écrits [oui, j’ai avalé un clown]. Blague à part [la dernière], je n’ai pas envie de finir l’année sur une note négative. Je préfère écrire dans le déni de la négativité jusqu’à la prochaine fois [chassez le naturel]. Et si je ne vous revois pas d’ici là [sait-on jamais], je vous souhaite un joyeux Noël par anticipation et une belle fin d’année.