Les deux vices qui m’agacent le plus sont [dans le désordre] : le mensonge et l’hypocrisie [traduction : quand autrui me prend moi ou mes amis pour une buse et qu’en plus il se croit malin alors que pas du tout en fait]. De manière générale, je suis un détecteur de mensonges [d’ailleurs, je ne mens jamais – faux]. J’aurais fait un très bon psychologue [en toute modestie] ou détective privé ou commissaire de police ou agent secret du gouvernement. Bref. Je vous raconte l’anecdote.

 
J’ai un couple d’amis en commun avec T. qui ne les aime pas vraiment voire pas du tout. Disons que T. les considère comme des connaissances tandis que moi comme des amis.  Jusque là tout va bien, tout est question d’affinités. Le couple en question aime beaucoup T. C’est qu’on ce que j’appelle une amitié unilatérale soit une misconception [mot savant] de la réalité. Ting. Vous avez reçu un email : nous voici tous invités à diner chez ce couple, moi, T. et quelques autres. T. a confirmé sa présence, moi, je l’ai infirmée car je n’étais pas disponible ce soir là [mais j’ai un alibi].

large

L’histoire aurait pu s’arrêter là si je n’avais pas passé l’après-midi avec T. et qu’elle ne m’avait pas dit : tu ne devineras jamais ce qui s’est passé jeudi ? Quoi donc ? L’invitation de M. et B. ? Et ben ? Et ben, j’ai tout bonnement oublié d’y aller. Hein ? J’ai oublié d’y aller et le lendemain, j’ai reçu un message de M. me demandant si tout allait bien car ils ne m’avaient pas vu hier soir. Ah et tu as répondu ? Non, non. Non, non ? Mais ce n’est pas très poli. Rooo ça va, ça arrive et puis de toute façon, il y avait d’autres gens à ce diner et puis ce n’est pas comme si c’était mes meilleurs amis. Je m’en fous. 

tumblr_mn2hhxRc9w1qbdq9so2_500

Cette réaction me sidère d’autant plus qu’elle avait l’air de s’amuser de la situation. 1) Si tu n’aimes pas quelqu’un, pourquoi accepter son invitation à diner ? 2) Dis tout de suite, que tu n’avais tout bonnement pas envie d’y aller car il y a eu plusieurs échanges d’emails et qu’il a bon dos l’oubli. 3) Tu pourrais t’excuser, c’est la moindre des politesses. 4) M. et B. sont les personnes les plus adorables que la terre ait jamais porté et cela me fait mal au coeur pour eux [oui, j’ai beaucoup d’empathie]. 5) Je songe à dévoiler le pot aux roses à M. et B. [mon sens inné de la justice] meme si je pense qu’ils ne sont pas nés de la dernière pluie et qu’ils, j’espère, finiront par rayer la mention inutile son nom de cette mailing list.

Cette réaction me sidère d’autant plus qu’une semaine avant, elle m’affirmait que c’était vraiment chouette que M. et B. aient pensé à l’inviter. Affirmation qui cette semaine là m’avait également sidérée car elle n’a de cesse de me répéter qu’elle ne les aime pas et qu’elle n’a aucune affinité avec eux. Heu, il faudrait savoir : tu les aimes ou pas ? Cela dit, plus rien ne m’étonne venant d’elle car elle n’en est pas à son coup d’essai. Elle casse du sucre sur le dos de toutes les personnes que pourtant elle considère comme ses amis #PasTrèsCohérent.

Lundi : C. est insupportable, personne ne l’aime. Mardi : C. m’a proposé de faire une colloc, c’est génial. Mercredi : A. est un horrible personnage. Jeudi : je vais boire un verre avec A., tu veux venir ? Bref, je grossis les traits mais vous avez compris l’idée. Je suis sidérée [pour la troisième et dernière fois de cet écrit, promis] d’autant plus que T. est l’une de mes meilleures amies. Mais j’ai comme un doute.