Colombia, el único riesgo es que te quieras quedar. Colombie, le pays où le seul risque c’est de vouloir rester Tel est le slogan de la campagne de  communication organisée dans le but de promouvoir la Colombie en tant que destination touristique. Aujourd’hui, j’ai décidé de briser le silence (instant solennel) et de rétablir la vérité sur le fait d’y aller. Car elle court, elle court la rumeur. Elle fait le tour du pâté de maison. Il ne ferait pas bon de s’aventurer dans ces contrées réputées hostiles à l’homme (#bruitage d’oiseaux exotiques). 

colombia-tequieresquedar-2 

En avril 2010, l’ESC Toulouse m’annonçait le lieu dans lequel j’allais passer un an en double diplôme : « CaramelMou vous êtes affectée en Colombie ». Ma réaction : tiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiit (#attaquecardiaque). Pour être honnête, ce n’était pas mon premier choix. Pour être tout à fait honnête, je n’ai pas inscrit cette destination dans mes choix. A l’époque (#j’ai77ans), je voulais vivre l’American Dream ou le So British Tea Time mais la vie en a décidé autrement car j’ai raté l’examen du GMAT. Aujourd’hui, je considère cet échec comme étant l’un de mes plus grands succés

Nous étions quinze à partir, toute une délégation pour représenter la Republica Francesa (senegalesa / libanesa). Ma famille l’a très bien pris. Celle de beaucoup d’autres, beaucoup moins. Chez celle d’une amie, l’annonce a généré un psychodrame : si tu pars, sache qu’à ma mort tu n’auras rien ! (bon, peut-être pas jusque là mais presque). Tout comme vous, j’ai lu les journaux. Tout comme vous, j’ai regardé la télévision. Tout comme vous j’ai écouté la radio.Tout comme vous, je suis allée me balader sur le site du ministère des Affaires étrangères. Tout comme vous, j’ai pensé que :

  • Le sort d’Ingrid Bétancourt m’attendait.
  • Le FARC m’attendait au bout de la rue.
  • Le cartel de la drogue avait déjà reçu mon CV.
  • J’allais me faire piéger à l’aéroport par un individu de toute confiance qui en profiterait pour glisser des substances illicites dans mes bagages.
  • J’allais écoper de 40 ans de prison pour le fait précédent.
  • J’allais vivre dans un bunker sécurisé avec des grilles hautes de trois mètres.
  • Sortir était un mot exclu du vocabulaire colombien.
  • J’allais en permanence porter des baskets pour être ready tout run en toutes circonstances.
  • La seule zone à peu près sécurisée du pays était la capitale, Bogotá (CF. la carte rouge comportant une petite zone verte au centre du site du MAF).
  • Tous les Colombiens étaient friands de cette substance blanche illicite.

Mais, tout comme ceux qui ont eu la chance d’y aller : j’ai changé d’avis et j’ai eu honte de ma propre bêtise et stupide crédulité.

Je vous rassure, ce billet n’a pas pour vocation de se substituer au Petit FutéRésumer cette fabuleuse expérience en un post est impossible. Pour l’anecdote, il n’existe que très peu de guides touristiques en français sur la Colombie. En 2009, j’ai fait ma césure chez un célèbre éditeur et mon département se situait au dessus de celui du mythique Routard. Je suis descendu d’un étage et j’ai posé la question (j’aime poser des questions) à savoir pourquoi il n’existait pas de guide touristique sur la Colombie. Réponse : ce n’est pas très rentable. Personne n’y va. Moi : oui, mais (j’ai aussi l’esprit de contradiction) il existe des tas de guides sur Trifouillis-Les-Ois. Pourquoi pas sur la Colombie ? Réponse : La région de Trifouillis-Les-Ois file des sous pour avoir son guide. Moi : bon … 

La Colombie en trois considérations c’est :

  • Une chaleur humaine comme on en trouve pas ailleurs. Les Colombiens sont adorables. Ils sont toujours disponibles et prêts à vous rendre service de manière tout à fait désintéressée. Ils sont très affectés de la mauvaise image dont souffre la Colombie et sont ravis de voir des étrangers s’intéresser à leur pays. Par ailleurs, ils sont très à la mode et possèdent un accessoire qui ferait pâlir toutes les blogueuses mode et beauté : la mochila, ce charmant sac tissé main. D’ailleurs, quand Britney Spears est venue chanter en Colombie, elle a reçu une mochila en cadeau pour être furieusement tendance. La mochila est à la mode toute l’année car elle se décline en plusieurs couleurs. Mais la mochila n’est disponible qu’en Colombie. Quel dommage. Cela vous fait une bonne raison d’y aller. Admirez :

 

250605_10150246010812359_1439667_n

Le marché aux mochilas

 

photo (1)

Ma mochila à moi

 

  • Desrégions magnifiques qui possèdent chacune leur propre identité. La diversité culturelle est de mise en Colombie. Par ailleurs, le fait qu’il y ait encore relativement peu de touristes est bénéfique. La nature est préservée et les complexes hôteliers trop laids ne pullulent pas encore. En un an, j’ai visité les 3/4 du pays en mode bus et sac à dos. Étonnant pour un pays réputé dangereux au possible. En Colombie, les individus circulent librement et en toute sérénité. En réalité, comme partout, il faut faire attention à soi et à ses affaires et ne pas s’aventurer dans certaines zones dites à  haut risque. Si le Colombien lui-même  te dit de ne pas y aller alors ne fais pas le zouave et n’y va pas. Et si tu y vas malgré tout et qu’il t’arrive quelque chose, ne t’avise surtout pas de râler et de véhiculer une mauvaise image du pays. Image qui sera forcément déformée et amplifiée. En un an, je ne me suis jamais faite agresser ni spoliée de mes biens. Je ne pourrais évidemment pas en dire autant de tous mes camarades mais bon …  Souvent et en toute objectivité, ils n’ont pas été assez prudents. Après tout, le fait de se faire voler son portable au cours d’un concert aurait tout aussi bien pu arriver à Trifouillis Les Oies. 

IMG_5051

Photos prise par Caramel Mou au Carnaval de Baranquilla

 

  • Une vie culturelle et intellectuelle riche et haute en couleurs. En Colombie, pas le temps de s’ennuyer. Les Colombiens ont un sens de la fête très développé. Ils vont jusqu’à festoyer dans des bus colorés qui roulent appelés Chiva. Les Colombiens dansent comme des dieux et même si je suis contre les clichés, je vous avoue que : ceci n’est pas un cliché, ceci est la réalité. Bogota en véritable capitale culturelle est un nid de choses à faire. CaramelMou aime la musique et a eu l’opportunité d’assister au concert de : Shakira, Red Hot Chili Peppers, Damian Marley et Britney Spears. Ce n’est pas très exotique, certes.

 

437898

Linternaute

 

En conclusion, je vous encourage à visiter ce beau pays, à ne pas paniquer en cas d’affectation, à ne pas écouter tout ce qu’on vous dit à la télévision et à ne pas hésiter à me contacter pour toutes informations complémentaires. Dans quelques temps, je vous promets un album photos de pépites colombiennes.