Quelques mélodies plus tard, je referme le chapitre des loisirs pour en ouvrir un autre. Je n’ai pas envie de m’arrêter en si bon chemin. Et pour nourrir mes rêves d’évasion, je m’intéresse à la catégorie du même nom. Pour cette première, je vous invite à faire un tour du côté de chez Swann Desireless. Pour quelles raisons ? Parce que voyage, voyage, pardi (ce moment gênant où mon trait d’esprit est tellement drôle que personne ne rit = epic fail). En réalité, nous allons plutôt faire un tour du côté de chez moi. Parce qu’on est jamais aussi bien que chez moi soi et parce que mi casa es su casa, je vous invite au gal, le pays de la Téranga (traduction : hospitalité).

 

Lion_King_by_mazhear

Le lion, emblème du Sénégal – Mazhear

Avant l’embarquement, une petite précision : je ne suis pas une agence de voyage (#onauraitpasdeviné). Ce billet n’est pas une carte postale idyllique. Je ne présenterai pas le Sénégal du point de vue de ses stations balnéaires, des deux ou trois cocotiers qui se battent en duel ou du soleil de plomb ambiant. J’ai passé mes vacances au Sénégal, c’était super. Ah, génial. Vous avez fait quoi ? On était logé dans un super hôtel. Le soleil était au rendez-vous. Le personnel était très gentil ce qui me fait dire que les Sénégalais sont très accueillants. On a fait la danse des pintades rôties au soleil et le cours de sauts de puce d’aquagym était très sympa. On a aussi profité du spa : massage indien, manucure chinoise, pédicure américaine, gommage thaïlandais, la totale ! C’est top et vous avez visité Dakar ? Franchement, on a pas eu le temps, deux semaines, c’est tellement court. On est resté dans la station balnéaire, tout le long. Mais franchement, le Sénégal est un pays magnifique que je recommande à tout le monde. Si tu le dis. 

 [Je sens que je froisse les âmes délicates. Soyez forts. Résistez aux piques qui n’engagent que moi]

Sur ces bonnes paroles, mesdames, messieurs, bonjour, le commandant Caramel Mou et ses pensées vous souhaitent la bienvenue à bord de ce blog humeur de la compagnie authenticité opéré par Culture & Evasion, à destination de Dakar. Veuillez éteindre vos clichés avant le décollage. Dans quelques instants, vous découvrirez une série de photos prises par l’auteurdestinées à rendre votre dépaysement plus agréable.

 

Le Sénégal – Tour d’horizon

 

CIMG5226

Le Monument de la Renaissance africaine – Dakar

 

Inaugurée en 2010, cette structure haute de 52 mètres est faite de bronze et de cuivre. Elle représente un couple et son enfant dressés vers le ciel (mon ami Wiki). Les frais de construction se situeraient entre 15 et 23 millions d’euros. Cela fait cher la renaissance symbolique. La France est l’heureuse propriétaire de la Tour Eiffel, le Sénégal se devait de posséder son propre monument afin d’attirer les touristes dixit notre ancien président. A titre personnel, je trouve qu’il s’agit d’une belle horreur dont la présence gâche le paysage. Cher touriste, passe ton chemin. Cette statue n’est que le symbole de la bêtise humaine : 15 à 23 millions d’euros réunis en un bloc indigeste. Cet argent aurait pu servir à éduquer en construisant des écoles ou des bibliothèques ou à nous éclairer en retapant la Senelec, compagnie d’électricité vieillotte qui n’arrive pas à alimenter convenablement tout le pays et qui de fait, nous prive fréquemment d’électricité. Je fais partie des heureux dont la maison est dotée d’un groupe électrogène mais je pense à tous ceux qui doivent survivre sans courant pendant des heures et des heures. Par moment, la compagnie des eaux se joint à la fête … 

 

Pirogues

Les jolies pirogues


Le secteur de la pêche maritime occupe une place importante dans l’économie du Sénégal. Je rends hommage à ces hommes qui, aux aurores, partent en mer pour nous ramener du poisson en affrontant vents et marées. Chers lecteurs, vous serez étonnés d’apprendre que beaucoup d’entre eux ne savent pas nager et refusent le port du gilet de sauvetage pour raisons pratiques. Ils mettent leur vie en danger pour se nourrir, nourrir leur famille et nourrir le pays. Par ailleurs, ces jolies pirogues ne servent malheureusement pas qu’à pêcher. Les plus grandes d’entre elles servent d’embarcation à destination des côtes espagnoles et servent les causes de l’immigration illégale. Inutile de vous dire que les places sont chères et que les pirogues n’arrivent pas à bon port mais le plus souvent au cimetière. Au lieu de construire des statues, peut-être pourrions -nous éventuellement créer des emplois pour nos jeunes en perdition ?

 

Ile de Gorée

Ile de gorée 5

Ile de Gorée 4

Ile de Gorée 3

Ile de gorée 2

L’île de Gorée

 

J’aime cette île située à 4 km au large de Dakar, accessible par chaloupe (env. 20 minutes) et symbole de la mémoire de la traite négrière en Afrique (source wiki). Les voitures y sont interdites ce qui fait du bien aux poumons. Végétation luxuriante et architecture coloniale haute en couleurs, l’île de Gorée est un véritable plaisir pour les yeux. Par ailleurs, le maire de l’île prône le respect de l’environnement à travers le tri sélectif. Contrairement à certains endroits du Sénégal, cette île est d’une propreté exemplaire. A Gorée se trouve la maison des esclaves. Ces derniers y étaient emprisonnés en attendant l’arrivée des marchands européens et le grand départ vers le continent américain. Aujourd’hui, beaucoup doutent de la véracité de ce fait historique. J’ai même entendu dire que cette maison était en réalité une hacienda abritant une dame de la haute et ses serviteurs. Je ne suis pas historienne mais je pense que cette maison n’en reste pas moins un symbole fort de cette sombre période.

 

Car rapide

Le car rapide


Ô qu’ils sont jolis les cars de mon pays. Oui. Mais non. Conduire à Dakar est une expérience qui joue sur vos nerfs et votre patience. Ces cars rapides pourtant typiques, plus connus sous le nom de mort rapide ou tombeaux roulants en raison de leur état mécanique, sont de véritables dangers publics qui doublent à droite et s’arrêtent n’importe où sans crier gare. Nos amis les taxis occupent également une place de choix au palmarés des chauffards. Mais on s’y fait très vite et au bout de quelques mois, conduire n’est plus un calvaire. Je parle d’expérience.

 

Lac rose 1

lac-rose-senegal-5

Le Lac Rose – Source deuxième image

 

Le Lac Retba plus connu sous le nom de Lac Rose est situé à 40 km au Nord de Dakar. C’est une merveille de la nature. On y exploite du sel. Plaît-il ? Il existe une nette différence entre les deux photos. Oui. La première a été prise par Caramel Mou et la deuxième provient d’internet. Chers lecteurs, je vous assure que ce lac est vraiment rose et que photoshop n’y est pour rien. Mais quand je décide de m’y rendre avec des amis étrangers, le lac prend un malin plaisir à être couleur caca d’oie. Il est rose à certains moments de la journée. Autrui m’a expliqué que sa couleur rose était liée aux rayons du soleil, à la vitesse du vent, au sel et à la présence d’algues microscopiques. Pour la petite histoire, à une certaine époque, le Lac Rose constituait le lieu d’arrivée de feu Paris – Dakar.

  

Joal 3

Joal et pilotis

Crabes Mauves 2

Crabe Mauve

Joal – Fadiouth

 

Chers lecteurs, veuillez regagner votre siège et attacher votre ceinture car nous traversons maintenant une zone de turbulences. Nous arrivons à Fadiouth la belle, île artificielle faite de coquillages.Cette île comporte un îlot où se trouvent des silos à grains sur pilotis. Votre humble serviteur a manqué de mourir d’un arrêt cardiaque en découvrant que cet endroit était envahi de centaines de milliers de crabes mutants de couleur mauve. J’ai pris mon courage à deux mains pour faire deux ou trois photos avant de m’enfuir en courant. Le crabe ne m’est sympathique que cuit dans mon assiette. 

 

Pieds dans l'eau

Caramel Mou et son amie

 

Chers lecteurs, nous sommes maintenant arrivés nous n’arriverons jamais à destination. Il est impossible de faire tenir le Sénégal en un seul et même billet. Nous n’avons pas encore quitté Dakar et ses environs. Par ailleurs, nous n’avons pas pris le temps de manger et de partir à la découverte de la gastronomie du paysC’est pourquoi, une fois n’est pas coutume, je vous demande de me faire savoir [par pigeon voyageur] si ce voyage vous a plu. Si oui. Je ferai de mon pays, une chronique épisodique. Si non. Vous êtes priés de descendre de l’avion. Vous resterez à jamais coincés sur l’île aux crabes [gniark, gniark].